La Renardière – Chambres d'hôtes en Alsace

Jardin

Jardin

16 mars 2018 • Under: Actualité Francais

Aujourd’hui j’ai envie de vous parler du jardin, et surtout des personnes inspirantes en Alsace du Nord qui ont fait évoluer peu à peu ma vison du jardinage.
La Renardière est une maison « de ville », proches des commerces, avec peu de terrain :  D’un côté ses murs plongent dans la rivière du Schwarzbach, au sud la petite terrasse est bordée par un morceau de l’ancien rempart de la ville de Reichshoffen, au nord elle partage la ruelle d’accès au moulin seigneurial du XVII, à l’est ses dépendances du XVIII couvrent la quasi-totalité de la parcelle vers le parking de la Charte.
Avec le paradoxe que j’aime les plantes exubérantes, la nature-fouillis, la beauté colorée des fleurs, les plantes aromatiques du jardin, les ambiances vertes et fraîches qui protègent des ardeurs du soleil, et plus que tout les oiseaux et la petite faune qui rendent les jardins vivants.
Peu à peu, en quelques années, le but a été atteint grâce à des amis, à de nouvelles rencontres, à la conviction que la chimie n’apporte rien au jardin.

  • Mise en place d’un composteur, sur les conseils de Claude Kieffer, l’expert compost de l’association HERON. En partie sur du béton, en partie sur la terre, mon composteur fournit toute la terre nécessaire aux plantations de l’année (et même un peu plus). Incroyablement vivant, grouillant de vers rouges, il met quelques mois à transformer tous les déchets de la maison en humus riche et fertile. Mon seul achat est la terre de bruyère pour les plantes qui en ont besoin.
    Le truc à savoir : en ville ou proche de la maison, il ne faut absolument pas y mettre de déchets de viande ou de poissons, qui attireraient les rats.  Tout le reste est digéré par les bébêtes, coquilles d’œuf, papier d’emballage recyclable, épluchures etc … aucune mauvaise odeur, et diminution de 30% du volume de la poubelle brune payante.
  • La rencontre avec l’association HERBES FOLLES et Martine Hetzel m’a fait comprendre que les vivaces de la région jouent un grand rôle décoratif et simplifient la vie du jardinier. Elles fournissent le « fond » du décor avec exuberance, le seul travail étant de limiter leur croissance car elles gagnent tous les ans du terrain. Quel plaisir de les bouturer et de les partager lors des bourses aux plantes ! Tous les ans HERBES FOLLES propose la visite de quelques jardins particuliers, où il est facile de « piquer » des idées. Roses Anciennes
  • Mon passage professionnel chez BOTANIC, au moment où la firme renonçait à vendre tous les produits chimiques qui garnissent habituellement les rayons de jardinage : quelques formations m’ont fait découvrir le désherbage à l’eau chaude, le purin d’ortie, les bienfaits du savon noir et du paillage.
  • Mes visites régulières au jardin HYMENOPTERA d’Obersteinbach : les insectes et la faune deviennent les alliés du jardinier, l’équilibre se faisant tout seul. C’est ainsi qu’il y a quelques années, une invasion de limaces devant la maison (toutes mes plantes en pot étaient devenues leur buffet permanent gratuit) a généré l’arrivée en masse des orvets. En une saison le problème était réglé. Une pile de blocs de grès rose, entreposés par hasard se transformait en abri pour ces petits reptiles (qui sont des lézards sans pattes et non pas des serpents).
    L’an dernier, j’ai subi pour la première fois une attaque de cochenilles à l’extérieur. J’avais isolé les 2 pots infestés pour les traiter… et finalement les oubliais à leur triste sort. Au bout d’une quinzaine de jours je constatais l’installation d’une colonie d’opilions sur le mur juste à côté , et toutes les cochenilles avaient disparu. Braves opilions, que j’ai longtemps confondu avec les moustiques !

    Opilion, mon allié naturel contre les cochenilles

    Sébastien Heim m’a appris à toujours m’interroger sur la place  des petits animaux dans la chaîne alimentaire . Quel plaisir de croiser un hérisson au centre ville, qui vient se régaler des bestioles gênantes !
    Cette année je transforme légèrement la bordure de la terrasse vers la rivière : une partie devient une zone sèche et caillouteuse, accueillant des vivaces propices aux pollinisateurs : Merci Sébastien pour les précieux conseils !

  • Impossible de ne pas parler des fleurs NICOLA de Reichshoffen. Horticulteurs de père en fils, ils sont mes fournisseurs locaux de plantes saisonnières et de plants de légumes. Grâce à la qualité de leurs produits, je complète mes plantations de touches fleuries et légumières prolifiques, qui elles aussi, poussent comme tout le reste, en pot et sur le béton, plantées dans le compost fait maison.
  • Jean-Christian FRIEDEN est à nommer, fournisseur exclusif de la Renardière en maisons à insectes, mangeoires à oiseaux et nichoirs divers. Parmi tout ce fatras de plantes, de pots, d’insectes, de légumes et d’aromatiques, cette année 5 nichoirs sont occupés, et 80% des logis à insectes.

Voilà terminé le tour de mon petit jardin écologique, 100% naturel  qui tient beaucoup au hasard des rencontres et aux échanges de bonnes pratiques.
J’avoue que j’étais fière de gagner avec ce minuscule espace le 1er PRIX de FLEURISSEMENT 2017 de la ville de Reichshoffen. (catégorie commerces – hôtels –  restaurants)

nouvelle zone « sèche » au bord de la rivière.

1er Prix de fleurissement / ville de Reichshoffen, catégorie hôtels-commerces-restaurants

les fleurs en pot

100% bio et naturel, le jardin en pots devant la Renardière

Tout pousse dans le compost !

Un des carrés d’aromatiques pour la cuisine.


Tout savoir sur les visites du jardin HYMENOPTERA à Obersteinbach.
Tout savoir sur l’association HERBES FOLLES de Griesbach.
Tout savoir sur les conseils de jardinage BOTANIC.
Reichshoffen ville fleurie.   Sans chimie ni pesticides.
Nos Vosges du Nord vues du ciel : grâce à Mme Nicola.


La Renardière est sur Facebook, partagez les photos de votre séjour !

button_accueil button_visite button_tarifs button_contact (2)